Gilbert1.png

Pilotez facilement votre avion personnel

Vous voulez piloter votre avion pendant votre temps libre ?...

Voici quelques bases de pilotage
Dans ces pages vous apprendrez à piloter vous-même votre avion personnel pendant votre temps libre, assez facilement.

A bord de mon avion personnel

Annexe 2 - Mémento de pilotage

BoutonPrecedent BoutonSommaire BoutonSuite Cette page s'affiche mal ? - cliquez ici   
HM293_EnVol

Si des erreurs se sont glissées dans le texte n'hésitez pas à me contacter...
Les liens ci-dessous vous renverront au chapitre correspondant.


11 - Procédures d'urgence

11.1 Interruption du vol hors aérodrome
11.1.1 Interruption volontaire du vol
11.1.2 Atterrissage forcé en campagne

11.2 Incidents techniques
11.2.1 Incidents techniques mineurs
11.2.2 Incidents techniques sérieux
11.2.3 Incidents techniques graves


Les PROCÉDURES D'URGENCE → sont décrites dans le manuel de vol

90% des accidents sont de source humaine !...


11.1 Interruption du vol hors aérodrome


Il s'agit soit de l'interruption volontaire du vol (avec moteur), soit d'un atterrissage forcé en campagne (sans moteur).


11.1.1 Interruption volontaire du vol



ATTERRISSAGE DE PRÉCAUTION → si la sécurité est en jeu ( Moteur en marche )

Causes = Météo, nuit aéronautique, santé, plus d'essence, signes précurseurs de panne...
Huile : Press ⇓ Temp ⇑ (incendie moteur prévisible)

Météo :
Dégradation imprévue, approche de la nuit ;

Défaillance prévisible :
Moteur, autonomie ;
Malaise pilote ou passager.

Risques :
1- Vol sans visibilité ou de nuit sans qualification / équipement ⇒ collision / sol ;
2- Panne moteur ⇒ atterrissage forcé ;
3- Perte de contrôle.

Décider l'atterrissage de précaution :
Analyse sérieuse et objective : éviter une situation très critique. Ne pas se décider au dernier moment (pour se ménager le temps nécessaire)
Evaluer :
- obstacles,
- longueur 300m ( = 10 s à 120 km/h ),
- vent de face
- proximité habitations (secours)

L'atterrissage de précaution : reconnaissance à 120km/h, approche à 95km/h et volets 30°, finale à 95km/h pleins volets, et point de visée à l'extrème bord de l'aire d'atterrissage.

fA2.11.1-1



Phase de reconnaissance : à 120km/h
- Choisir l'aire d'atterrissage → reconnaître le terrain, état du sol, vent. Des obstacles sur l'axe d'approche sont plus gênants qu'une surface trop courte.
- Procédure → voir manuel de vol :

Configuration approche : à 95km/h et volets à 30°, passer à basse altitude et à faible vitesse (entre 1,3 et 1,5 VS) autour de l'aire d'atterrissage visible à gauche de l'appareil et dos au soleil.
2e passage = approche interrompue avec remise de gaz → préciser la partie finale.

Phase finale : à 95km/h pleins volets
- L'axe d'approche peut être courbe ou décalé ;
- La pente d'approche peut être > 5% en finale et = 5% en très courte finale ;
- Vitesse = 1,2 VSO en très courte finale, la plus faible possible au moment du toucher (inclinaison nulle) = 95km/h pleins volets.

Point de visée < point de toucher
- Point de visée à l'extrème bord de l'aire d'atterrissage ;
- contact général et essence coupés, verrière ouverte ;
- juste avant l'impact, réduire les gaz et arrondir ;
- freiner tout de suite.

BoutonHautDePage

11.1.2 Atterrissage forcé en campagne


L'ARRÊT MOTEUR

Arrêt moteur → négligence
- Carburant = réserve insuffisante,
- Oubli de changer de réservoir,
- Mélange trop pauvre,
- Givrage carburateur,
- Confusion étouffoir / réchauffage carbu.,
- Mauvais suivi des paramètres moteur.

Panne complète → signes précurseurs
Vibrations, perte de puissance, baisse de pression d'huile, etc.

Conduite à tenir (voir manuel de vol)
- Assiette de descente immédiatement,
- Vitesse de finesse maximale = volets et train rentrés (limiter les trainées),
- Vol symétrique = inclinaison nulle,
      ⇒ Préserver un potentiel de plané suffisant.
- Rechercher une aire d'atterrissage suivant altitude, potentiel de plané, obstacles, topographie.
- À 500 ft ou moins → se poser devant soi (ne jamais tenter un demi-tour).

Rechercher la panne si l'altitude est suffisante :
- jauges carburant → réservoir le plus plein,
- givrage ? → réchauffage carburateur,
- tenter une remise en route,

Radio
Message d'urgence ou de détresse à un organisme de circulation aérienne ou sur 121,500 Mhz
      → position, nature des ennuis.
Transpondeur → 7700 = détresse


LA PANNE MOTEUR (cf. manuel de vol) :

Panne au décollage (au sol)
      → gaz réduits à fond
- Manche en arrière
- Freiner progressivement

Panne après décollage (en montée à moins de 1000ft)
      → assiette descente; VI = 100-110km/h
- ne pas cabrer (ne pas le retenir)
- NE JAMAIS FAIRE ½ TOUR À MOINS DE 1000 ft
      → se poser droit devant ou à 45° (atterrissage forcé)
- en finale, volets → sortis à fond
- robinet d'essence → fermé
- magnétos → coupées
- contact général → coupé
- lunettes → enlevées
- arrondir avant l'impact
- au sol, manche → à fond en arrière

Panne en vol (en palier à plus de 1000ft)
→ occuper les passagers (réciter l'altimètre?)
→ assiette descente ; VI=140km/h volets rentrés (l'avion parcourt 10 fois son altitude sans vent)
→ appels radio AVANT l'atterrissage
- pression d'essence ? ⇒ pompe de gavage
- jauge d'essence ? ⇒ réservoir le plus plein
- mixture → poussée (plein riche)
- réchauffage carburateur → en marche

→ puis se préparer à un atterrissage forcé
- ceintures → bouclées serrées
- verrière → déverrouillée (mais fermée)
- en finale, volets → sortis à fond
- robinet d'essence → fermé
- mettre pleins gaz
- magnétos → coupées
- contact général → coupé
- lunettes → enlevées
- arrondir avant l'impact
- au sol, manche → à fond en arrière

Contact / sol ⇒ forte déscélération
- Evacuation → calme mais immédiate.

Ne jamais redécoller → Avertir la Gendarmerie ou la mairie et le chef de district concerné.

BoutonHautDePage

11.2 Incidents techniques


Nous distinguons trois sortes d'incidents techniques :
1) Les incidents techniques mineurs ou pannes sans conséquences pour le vol,
2) Les incidents techniques sérieux ou pannes impliquant un atterrissage de sécurité,
3) Les incidents techniques graves ou pannes impliquant un atterrissage immédiat


11.2.1 Incidents techniques mineurs


Ce sont les pannes sans conséquences pour le vol : (anémomètre, volets, train, radio)

Panne d'anémomètre :
Vitesse anormale d'après assiette et puissance
Atterrissage ⇒ non urgent;
- En vol → Robinet de prise statique sur secours, surveiller assiette, puissance;
- En approche → V = limite d'ouverture des becs à fente.
- Action = au sol, déboucher / dégivrer le tube pitot (vérifier les circuits avant l'instrument lui-même).

Manomètres, thermomètres, jauges, ...
- Vérifier le tableau de fusibles : le fusible de rechange de même calibre est placé au dessus.

Panne de braquage des volets :
Les volets restent rentrés (position croisière).
Atterrissage → non urgent ;
- En vol → Vérifier fusible / disjoncteur ;
- En approche → vitesse plus grande ⇒ se dérouter sur un terrain plus long.

Blocage des becs - fentes fermées :
Atterrissage → non urgent ;
- Approche → VI = 120km/h volets rentrés
- Impact → à VI = 115km/h volets 30°.

Panne de sortie de train :
Le train reste rentré ⇒ signal lumineux.
Atterrissage → non urgent ;
- En vol → Vérifier position commande ; sortie manuelle du train en secours.

Panne de radiocommunication :
Pas de réception / pas de réponse.
Atterrissage → non urgent ;
- En vol → Vérifier fusible / disjoncteur, prise micro ;
Procédure en cas de panne au terrain de destination → cf. carte VAC.

BoutonHautDePage

11.2.2 Incidents techniques sérieux


Ce sont les pannes impliquant un atterrissage de sécurité sur un terrain proche : (alimentation électrique, ...)

Panne d'alimentation électrique : (alternateur)
L'ampèremètre affiche une charge excessive ou insuffisante.
Atterrissage → sur un terrain proche ;

- En vol ⇒
A- Vérifier (et changer?) le fusible, sinon...
B- charge trop faible → réduire la consommation, économiser la batterie : éclairage, radio, volets ;
Attention : l'émission VHF consomme beaucoup.
C- excès de charge → couper l'alternateur.

Une panne d'alimentation électrique n'affecte pas la bonne marche du moteur ; une batterie faible affecte d'abord l'émission VHF, puis radiocom. et radionav., la sortie de train, des volets, et l'éclairage (de nuit).

BoutonHautDePage

11.2.3 Incidents techniques graves


Ce sont les pannes impliquant un atterrissage immédiat : Panne ou incendie moteur ...

      → Signes précurseurs =

Vibrations : vérifier ...
- givrage carburateur
- réglage richesse
- état des bougies (se poser)

Chute de pression carburant :
- mettre la pompe de gavage
- réduire les gaz de moitié
- réservoir le plus plein
- remontée pression → remettre les gaz

Hausse de température d'huile :
si Press OK : Le moteur chauffe &rarr ; en été = montée prolongée...
→ mettre en palier, enrichir le mélange, ouvrir les aérateurs de capot.

Chute de pression d'huile : DANGER !
si T° croît → Risque de feu moteur.
si T°>107° → Réduire les gaz et Atterrir d'urgence, sur l'aérodrome le plus proche ou en campagne.
si T° = Cte → panne de l'indicateur de pression.


INCENDIE MOTEUR

- Fermer l'essence,
- couper la pompe,
- mettre pleins gaz,
- couper la ventilation = isoler la cabine du moteur

⇒ après l'arrêt moteur
- magnétos coupées
- contact général coupé
- charge coupée (alternateur)
- se poser et évacuer l'appareil

NE JAMAIS REMETTRE EN MARCHE


INCENDIE CABINE

- Feu électrique ⇒ couper l'alternateur et le contact général
- éteindre (extincteur)

Chasser les fumées :
- ventilation à fond
- verrière entrouverte 10cm. (à VI < 150km/h)

BoutonHautDePage
Architecture Web : Gilbert Pernot